Publié le dans Actualités, Bon à savoir par Cook Angels

Sauterelles, criquets, vers à soie… Si ces petites bêtes peuvent paraître rebutantes à première vue et n’inspirer rien d’autre que la répulsion, les consommer comme sources de protéines en lieu et place de la viande semble faire petit à petit son chemin dans les esprits. Les insectes sont-ils vraiment en passe d’envahir nos assiettes ? Décryptage d’une tendance qui monte qui monte qui monte….

LES ORIGINES

L’entomophagie –  le fait de manger des insectes – n’est pas un phénomène récent. Nous parlons plutôt de la réintroduction dans notre alimentation d’un aliment oublié de nos habitudes culinaires.  Selon certains spécialistes, c’est même grâce à cette pratique que l’Homme a réussi à survivre, lorsque la chasse devenait difficile. En effet, grâce notamment à leur apport élevé en protéines, en fer, en zinc, et vitamine B12…, les insectes se révèlent être un concentré de nutriments, qui ont de ce fait permis à l’Homme de se nourrir.

Ces pratiques ont subsisté sur certains continents tels que l’Asie, l’Afrique et l’Amérique du Sud où les insectes sont consommés au quotidien, crus ou cuisinés. Les recettes abondent, et bientôt peut-être les testerons nous aussi en Occident. Car la FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture) recommande depuis plusieurs années de les ajouter à nos menus. Face aux crises climatiques et de biodiversité, et dans un contexte de pression sur les ressources alimentaires, les insectes apparaissent comme une alternative à la viande pour apporter à l’homme sa ration de protéines de qualité et de vitamines en utilisant nettement moins de ressources (terre, eau, végétaux…) et en dégageant très peu de gaz à effet de serre.

 

QUEL FUTUR EN FRANCE ?

Il est un fait : les insectes ne font pas partie des traditions culinaires françaises. Pas plus que dans le reste de l’Europe. L’intérêt environnemental, la sécurité alimentaire et la curiosité culinaire amène toutefois de plus en plus de personne à considérer l’idée voire se lancer. Nous n’en sommes pas pour autant au stade d’une consommation quotidienne, le marché est dit de “niche” et assez peu développé pour le moment.

Jiminis, Multivores, Micronutris… nombreuses sont les marques qui émergent et se développent pour nous faire découvrir des recettes étonnantes et une autre façon de se nourrir. Les produits à base d’insectes sont nombreux : biscuits et des gâteaux apéritif, barres énergétiques, pâtes, granola… Il y en a pour tous les goûts !

Depuis quelques années, des entreprises se spécialisent dans la commercialisation de poudres d’insectes destinées à nourrir les animaux d’élevage ou de compagnie, à l’image d’ Ÿnsect qui a levé 125 millions de dollars l’année dernière.

 

Quid de la loi ? 

Depuis le 1er janvier 2018, le règlement sur les nouveaux aliments (novel food), est clair : la nourriture à base d’insectes – qu’ils soient entiers, fragmentés ou broyés – ne peut être commercialisée sans autorisation préalable de la Commission européenne. Une mesure qui a mis fin à un flou juridique : à cause d’interprétations divergentes du précédent règlement par les Etats membres, la Belgique et les Pays-Bas toléraient la vente d’insectes consommables sous toutes leurs formes sans autorisation, alors que la France l’interdisait et limitait leur commercialisation aux spécimens entiers, ce qui freinait fortement la diversification des produits de la filière tricolore. De nombreuses entreprises attendent aujourd’hui que la Commission européenne statue sur les dossiers d’autorisation déposés.

 

 

QU’EN PENSENT NOS CHEFS ?

 

Nos grands Chefs se lancent aussi dans l’aventure des insectes. Marmelade aigre-douce aux sauterelles, fondant au chocolat et fourmis… ou comment se régaler avec des insectes sans trop y penser : c’est la promesse du chef Laurent Schneider. Grand voyageur, il pose ses valises au Kenya en 2009 où il découvre la possibilité de cuisiner et de consommer un grand nombre d’insectes. De retour en France, il élabore une carte pour son restaurant dans lequel il propose des plats à base de vers, cigales et autres sauterelles, aussi originaux que gourmands !

 

ET EN CUISINE ?

Si vous demandez à un « paléo » (comprenez ici une personne qui suit un régime alimentaire paléolithique), il vous répondra que c’est la noix grillée qui prédomine. Le principal frein à la consommation d’insectes est le fait d’ingérer un animal entier, tête, ailes et pattes comprises. Pour s’initier en douceur à l’entomophagie, commencez alors par les biscuits apéritifs où les vers, grillons et scorpions sont assaisonnés au cumin, au curry, au sésame ou au thym et se dégustent peut-être plus facilement. Pour un moment convivial et ludique à l’occasion duquel vous pourriez bien vous surprendre à finir le paquet… ou non !

Envie de les cuisiner chez vous ? Nous vous conseillons de les intégrer à une recette que vous aimez. L’équipe Cook Angels s’est lancée dans la préparation d’une pizza « quatre saisons » revisitée aux criquets. Verdict ? Surprenant au début, mais croustillant et délicieux pour une première approche.

Cook Angels vous propose la livraison de paniers semaine contenant les légumes déjà coupés et tous les ingrédients dosés, pour que vous puissiez cuisiner en moins de 30 minutes des recettes bonnes, saines et qui vous changent de votre routine culinaire. À vous les dîners fait maison au quotidien ! 

www.cookangels.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *