Publié le dans Bon à savoir par Cook Angels

Particulièrement attendus en cette période de fêtes, les fruits de mer et crustacés s’imposent sur les étales. Leur goût unique et raffiné en font des mets d’exception qui se dégustent en toute simplicité comme dans des plats plus élaborés. Vos Cook Angels vous donnent leurs conseils pour faciliter vos achats de fin d’année avec ces idées de menus de Noël

 Quand le homard en pince pour la langouste

Bien que le homard et la langouste présentent de nombreuses similitudes, il est important de ne pas les confondre et de savoir les dissocier. Ces deux crustacés sont notamment très différents par leur constitution ;
Alors que le homard joue les gros bras avec ses pinces extrêmement charnues, la langouste concentre, quant à elle, l’essentiel de ses atouts sur toute la partie basse de son corps.

Pour entretenir ses pinces musclées, le homard suit un régime 100% carnivore. Sa chair est donc bien plus corsée que celle de la langouste qui se nourrit pour sa part, uniquement de plancton. Sa chair est donc plus ferme et délicate en bouche.

La bonne nouvelle ? Ces deux crustacés sont extrêmement généreux en oligoéléments, protéines, vitamines et iode pour un apport calorique extrêmement faible. Aucune raison donc de s’en privé (prix mis à part !). À condition, bien-sûr, de les manger sans mayonnaise !

Le homard comme la langouste peuvent aussi se manger en sauce à l’armoricaine par exemple, ou tout simplement au four coupés en deux et grillés, accompagnés d’un beurre persillé. Pour simplement les faire bouillir comptez environ 1 min de cuisson par 125g soit entre 12 et 15 min en fonction du poids.

L’huitre

Cette perle rare n’est pas du goût de tous mais c’est pourtant un véritable trésor gastronomique qui se cache derrière cette coquille.

L’huitre est un met d’une extrême pureté qui se déguste dans son plus humble appareil ou seulement habillé d’un jus de citron voire d’un trait de vinaigre. Comme le vin, ses saveurs et sa consistance varient en fonction de sa provenance. Vous trouverez donc des huitres plus noisette et d’autres plus iodées.

Gorgée de vitamines et protéines c’est elle aussi un crustacé très peu calorique qui se consomme donc sans modération.

Pour apprécier l’huitre il faut en connaitre les caractéristique et savoir la choisir. On appelle « fine » ou « spéciale » le calibre de remplissage de l’huitre. Si vous les aimez charnues penchez vous sur une spéciale qui a davantage de mâche en bouche que la fine. On l’appelle « claire » lorsqu’elle est affinée. Et on l’associe à un numéro pour déterminer  en déterminer la taille. Attention à ne pas vous tromper, plus il est petit plus l’huitre est grosse. Si vous souhaitez déguster de toutes petites huitres, il faudra alors choisir les n°5 qui sont aussi grandes qu’un pouce.

Si vous êtes novice en la matière, vos Cook Angels vous conseillent de démarrez plutôt par de petites huitres 4 ou 5 et plutôt fines.

L’araignée

Nous en conviendrons, l’araignée est bien plus bonne que ce qu’elle n’est belle. Comme vous l’aurez deviné, elle doit son nom à son corps épineux et ses longues pâtes velues qui ne font pas de son physique son plus gros atout.

Fort heureusement pour elle, l’araignée présente d’autres caractéristiques bien plus alléchantes que son aspect physique C’est le goût de l’araignée qui lui donne tout son sens. À l’image du homard et de la langouste, l’araignée possède une chair bien plus fine et raffinée que son cousin le tourteaux.

Elle se mange le plus souvent en salade et tout simplement cuite au court bouillon.

Les langoustines

Savez-vous que la langoustine était, aux siècles précédent, un met extrêmement populaire ?
Aujourd’hui cet aliment très chic est devenu un met de luxe qui s’impose dans nos assiettes au moment des fêtes.

L’important dans la langoustine est de bien la choisir. Pour cela suivez nos petits conseils ! La langoustine doit avoir l’oeil vif, brillant et bien noir. La carapace doit être d’un rose presque pâle et ses antennes en bon éduforme. Mais attention, sa fraicheur se détermine aussi à l’odeur. Certes, il n’y a pas de doute, la langoustine sent le poisson cela va de soit. Mais si vos langoustines piquent le nez et ont comme une odeur d’ammoniaque, rebroussez chemin. De plus, la langoustine est très fragile, c’est pourquoi il faut nécessairement la consommer dans les 24h.

Pour la cuisiner vous pouvez la pocher 3 min dans l’eau frémissante, la griller si le calibre s’y prête ou encore la redécouvrir crue en tartare ou carpaccio si vos langoustines sont extrêmement fraiches.

Il ne vous reste plus qu’à composer votre plateau de Noël ! Joyeux Noël à tous !

menu-de-noel

Cook Angels vous propose la livraison de paniers semaine contenant les légumes déjà coupés et tous les ingrédients dosés, pour que vous puissiez cuisiner en moins de 30 minutes des recettes bonnes, saines et qui vous changent de votre routine culinaire. A vous les dîners fait maison au quotidien ! 

www.cookangels.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *